Pour nous

13 juin 2008

lerougeetlenoirbyjumal.jpg

 

 

 

Pour Nous
Avec tout notre amour
Enlacés dans notre intimité
si délicieuse
Dans notre bulle
hors du temps, hors de tout…

 

Je t’aime
Tu m’aimes
On sèmes…

 

Notre avenir ensemble
On le construit chaque jour
Malgré des temps qui furent très durs à vivre…
L’horizon pour nous se lève…

 

Et je crois en cela
Je crois en Nous…

 

 

 

 

Songe d’un hiver…

13 juin 2008

 

loupgrisaffiches.jpg

 

Quelquefois je rêve de grands espaces. Je retourne dans les steppes sauvages, sentir la liberté. La neige, le froid, le hurlement de la forêt mêlée à celui des animaux, le vent courant sur mon corps, solitaire dans les vastes plaines que je parcours, solitaire comme la nuit, quelle extase! Courir, chasser, un félin redoutable, majestueux.
Liberté. Partir très loin, sans attaches, sans savoir où aller, ni penser, juste s’évader, envahis par l’immensité du paysage, s’extasier, courir avec le vent, survolant les montagnes enneigées. Gouter au fééries qui s’étendent devant moi, liées à la Nature, fusionner. Conquérir des espaces lointains, inexplorés, inhabités. Solitude Une fourrure, une beauté, des yeux glacés, un profond regard où l’on s’y noierait, des pattes d’une force prodigieuse, des griffes meurtrières, des crocs impitoyables, un souffle exhalant la chaleur de la vie. Sentir, regarder, toucher, se perdre. Entendre le moindre bruit, gouter, manger, être mangé. Danger, survivre.
Mener une vie de bohème sans être enchainée, ne pas vivre en cage… S’enfuir, guidée par la lune, soulevant un poitrail majestueux au rythme de ses pas, sentir la terre en dessous, la chaleur et le froid. Frémir de tout son être par le hurlement qui sort de son corps. Plonger son regard dans les myriades d’étoiles si lointaines, envoutée. Attendre le soleil levant, couchant. Regarder la moindre différence de couleurs peignant cette nature sauvage, en tomber amoureux. Rêver, songer, s’extasier. Une âme libre…
Finalement, le loup et moi, on se ressemble…

Méditation II

11 juin 2008

 

« Tomber sept fois, se relever huit. »
Proverbe japonais

 

 

gordonlakegrasslandsbytfavretto.jpg

 

 

 

 

Tainted Love

4 juin 2008

I lost my light
My tainted love
I run after you
You run away from me
Take my tears
And I take yours

 

I can’t sleep at night
I can’t breath for the day

 

Sometimes I feel I’ve got you
But you get away

 

The pain which we hurt ourselves
The tear I love…

 

I lost my light
Oh! Tainted love
I run after you
You run away from me
Take my tears
And I take yours

 

To relieve ourselves
To take care of you
To rise from our ashes
By love…

 

 

« L’amour est la fumé qu’exhalent nos soupirs
Purifié, c’est un feu dans les yeux des amants,
Contrarié, une mer que grossissent leurs larmes
 »
Shakespeare (Roméo)

 

Pain and sorrow though the love I feel…

 

First and Last and Always…

2 juin 2008

Amour
Depuis que l’on s’est trouvé, tu as toujours été l’unique dans mon coeur
Le premier & le dernier à l’avoir envahi en entier et ce pour toujours

Passion amoureuse
Je me résigne à vivre loin de toi
Éloignés l’un de l’autre, encore séparés durant des semaines, des mois voire des années…

Obsession
Depuis toujours, maintenant & à venir, tu hanteras le reste de ma vie
comme étant l’ombre de mon coeur…
Perdu et éperdu…

Mon amour
restera en moi, je le porterais toujours.

Mon poison
Douleur de se trouver et de ne pas se retrouver
Je vivrais seule avec mon amour…

 

« Melt! » She said
« The last beat of my heart » He said
« A kiss in the dreamhouse… » They said

 

camilleclaudellavalse.jpg

Mourir pour ses rêves…

1 juin 2008

Jusqu’au bout, à fond, passionnément, je préfère mourir pour mes rêves que de mourir sans m’être battue pour cette vie. Qu’importe les souffrances endurées ou celles à venir, mourir pour ses rêves c’est mourir pour avoir vécu. Qu’importe que l’on puisse penser que l’on a « pas le temps », c’est une entrave aux rêves, bien sur qu’on ne maitrise pas le temps, il faut savoir le déjouer, ne plus y penser, vivre hors du temps et de cette peur du temps afin de vivre « éternellement »…

« Rêve comme si tu vivais éternellement. Vis comme si tu allais mourir aujourd’hui. »
James Dean

Les rêves sont les moteurs de notre vie, les réaliser c’est vivre pleinement. « Jouir sans entrave! »
Vivre et savoir mourir sont les moteurs de chaque existence…

The End

24 mai 2008

-FIN-

Arrêt de mon blog, arrêt de ma vie, en retrait de tout…
Merci à tous ceux qui se sont baladés dans mes écrits (copyright), dans mon univers…
Maintenant silhouette fugitive, évanescente d’un monde irréel
La fumée qu’exhalent nos soupirs Je me retire laissant
mon sillage parfumé et passionné…

 

Je dis adieu au monde du net
Adieu à tous

 

« Il faut savoir prendre son temps, ralentir, suivre ses instincts et gouter à la sensualité au quotidien. C’est l’essence même de la vérité. » (Clavin Klein)

[morceau du moment : Virginia Moon des Foo Fighters]
« Dearest constellation, heaven surroundin’ you
Stay there, soft and blue. Virginia Moon, I’ll wait for you tonight

Sweetest invitation, breaking the day in two
Feelin’ like I do, Virginia Moon, I’ll wait for you tonight
And now our shades become shadows in your light

In the morning wind we’re through and tomorrow rescues you,
I will say goodnight
Secret fascination, whisper a quiet tune

Hear me callin’ you, Virginia Moon, I’ll wait for you tonight
And now our shades become shadows in your light

In the morning wind we’re through and tomorrow rescues you,
I will say goodnight
Virginia Moon, I’ll wait for you tonight
And now our shades become shadows in your light

In the morning wind we’re through and tomorrow rescues you,
I will say goodnight
I will say goodnight

I will say goodnight »

 

Est-ce qu’un jour on me pardonnera mes fautes et mes erreurs ?

20 mai 2008

En m’observant, je vois mes qualités autant que mes défauts, je ne vois pas une personne parfaite. Certes, j’ai mes qualités, sensibles, touchantes et rares, j’en ai conscience, mais également en moi, j’ai mes défauts -dualité existentielle-. Certains deviennent des qualités dans leur originalité et d’autre me font amplement souffrir car j’ai commis des erreurs dans ma vie, des fautes non-voulues, mais qui sont cependant là, dans mon passé et encore dans mon présent…

« Mes propres peines pèsent sur un coeur déjà lourd » (« Roméo » – Shakespeare)

Ce que j’ai pu commettre ou subir, mes peines, mes afflictions m’ont fait souffrir et ont déjà fait souffrir les gens que j’aime, ceux qui comptent le plus dans ma vie, surtout lui, il a déjà souffert par ma faute, moi par la sienne.
Est-ce qu’il faut garder une rancoeur envers des erreurs souffrantes, envers un passé difficile, envers une période traumatisante passé ? La rancoeur étouffe, est-ce que je mérite le pardon ? Je ne sais pas, on est pas prêt de me pardonner, et en y réfléchissant c’est ce qui me fait le plus souffrir. J’ai toujours eu du mal à me pardonner, au contraire même, je me suis déjà haie profondément pour ce que j’ai pu faire dans ma vie passé allant jusqu’à l’autodestruction…
Le pardon n’existe peut être pas pour moi. Chacun fait des erreurs mais chacun en paie le prix…
A chaque fois que je le regarde j’ai mal au coeur… Et ce mal être n’est pas prêt de partir. J’ai détruis celui et les personnes que j’aime, alors pourquoi ne devrais-je pas me détruire moi-même? Me détruire comme j’ai déjà pu le faire…
La mort peut être envisagée comme un pardon… Je ne mérite aucun pardon de sa part, lui que j’aime ni des autres, j’aimerai me pardonner moi-même, sans cela, je ne peux m’accepter en entier…
Je ne suis qu’une destructrice qui répand la désolation autour d’elle. On me fuie, peut être est-ce le mieux…

J’implose en moi-même, moi qui m’étais attachée il y a quelques années à ne pas vouloir vivre parce que je ne le méritais pas, à vouloir cacher ma voix qui me pesait… Cette voix depuis s’est ouverte, petit à petit certes, mais j’implose encore en moi-même, angoissée.
J’explose.
J’aimerai me sentir vivre que ce soit par la caresse du souffle du vent ou celui de mon aimé, par l’extase que me procure la moindre manifestation de la nature, un rien peut me mettre dans un état extatique, par la sensibilité que j’éprouve envers tout ce qui m’entoure, me sentir trembler de passion ou de larmes, par mes tripes, sentir en moi l’amour… J’aime aimer, je ne vis que pour cela…

L’amour ou la mort…

 

Romeo’s distress – Christian Death

19 mai 2008

 

 

Burning crosses
on a nigger’s lawn
burning dollars
what’s a house without a home?
dance in your white sheet glory
dance in your passion
talk about sugar on the six fingered beast
conversation about the holes in your hands
walk through the garden of men’s desires

conversation about the kingdom of fire …

What’s that moving in the basement?
What’s that moving in the attic
Who’s that walking in the shadow
Who’s that walking in the streets

Kiss on my hand
After dark
Hand for a kiss
After dark
Kiss on my hand

Romance in sequence
Harmful to the blind
Burning hearts
through the top of your skull
Dance in your white sheet glory
Dance in your passion
your days are numbered
with creations in your pocket
Your days are numbered with the love in your eyes
love in your eyes
Love?
What’s that moving in the basement?
What’s that moving in the attic
Who’s that walking in the shadow
Who’s that walking in the streets

Kiss on my hand
After dark
Hand for a kiss
After dark
Kiss on my hand…

Pull down the Sheets
Take off your clothes
Get out of bed
I’m so tired
Pull down the Sheets
Take off your clothes
Get out of bed
I’m so tired
I’m so tired…

Indécences fétichistes…

17 mai 2008

bobcarlosclarkeexhibition.jpg

 

blackhourglassprintbyaziraphale1334.jpg

 

ditapardaniellemerick.jpg

 

bobcarlosclarkesarahkneelingii.jpg

lacedbyadamchilson.jpg

12345