• Accueil
  • > Archives pour juillet 2008

Archive pour juillet 2008

Tu es comme ça

Samedi 26 juillet 2008

intothewood4bymelaniee.jpg

« Tu es comme ça
Fier et libre
Tu peux partir là-bas
Mais rien ne t’éloigne jamais
De ceux que tu aimes, de ce que tu es

Tu es comme ça
Coeur fidèle
Ton regard se perd parfois
Mais rien ne te fait oublier
Ni ceux que tu aimes, Ni ce que tu es

Alors tu veux redonner
Aux fleurs, au ciel, aux gens
Les couleurs qu’ils n’ont plus
Ramener la douceur
Un peu, à ceux qu’ils l’ont perdue
Alors tu veux des musiques tendres
Des instants d’or pour apaiser les tiens
Quelques notes magiques, un mot
Un rien pour qu’ils soient bien

Tu es comme ça
Fier et libre
Tu peux partir là-bas
Mais rien ne t’éloigne jamais
De ceux que tu aimes, de ce que tu es
Alors tu veux caresser leurs coeurs
Frôler leurs âmes
Aux frissons de ta voix
Et leurs garder toujours ouverts
Ta maison et tes bras
Alors tu veux faire cadeaux
Du temps, de l’éternel à ceux qui sont partis
Et garder ton sourire d’enfant
Pour eux a l’infini

Tu es comme ça
Passagère
Tu peux rêver d’ailleurs
Mais tous les chemins te ramènent comme ça
Fier et libre
Tu peux partir là-bas
Mais rien ne t’éloigne jamais
De ceux que tu aimes,de ce que tu es
Tu reviens toujours
Tu es comme ça
Coeur fidèle
Ton regard se perd parfois
Mais rien ne te fait oublier
Ni ceux que tu aimes, ni ce que tu es
Tu es comme ça
Tu es comme ça
Tu es fier et libre
Mais tu n’oublies jamais
Tu es comme moi »

Jacques Veneruso, Tu es comme ça

Réflexion II

Samedi 26 juillet 2008

« Connais toi toi-même »
(Socrate)

 

« La persévérance est favorable »

 

« Tomber sept fois, se relever huit »

 

« Traitez les gens comme s’ils étaient ce qu’ils doivent être et vous les aiderez à devenir ce qu’ils sont capables d’être. »
(Goethe)

 

« Un homme est bien fort quand il s’avoue sa faiblesse. »
(Honoré de Balzac, La peau de chagrin)

 

« Le premier ennemi à combattre est à l’intérieur de soi. Souvent, c’est le seul. »

 

« Nous vivons comme nous savons. Si nous concevons l’univers et nous-même comme des mécaniques, nous mènerons une vie mécanique.
Au contraire, si nous pensons que nous faisons partie d’un univers aux potentialités sans limites, et que notre esprit est une matrice de réalité, alors notre vie deviendra un potentiel créatif. »
(Marylin Ferguson, Les enfants du verseau)

 

« S’accepter tel qu’on est signifie évaluer tant nos qualités que nos défauts. »
(Sandra Bierig)

 

« La victoire sur soi est la plus grande des victoires. »
(Platon)

 

« Le sentiment de nos forces les augmente. »
(Vauvenargues)

Le parfum

Lundi 21 juillet 2008

À mon Amour …

accroche.jpg

Le Parfum

 

Lecteur, as-tu quelque fois respiré
Avec ivresse et lente gourmandise
Ce grain d’encens qui remplit une église,
Ou d’un sachet le musc invétéré ?

 

Charme profond, magique, dont nous grise
Dans le présent passé restauré !
Ainsi l’amant sur un corps adoré
Du souvenir cueille la fleur exquise.

 

De ses cheveux élastiques et lourds,
Vivant sachet, encensoir de l’alcôve,
Une senteur montait, sauvage et fauve,

 

Et des habits, mousseline ou velours,
Tout imprégnés de sa jeunesse pure,
Se dégageait un parfum de fourrure.

 

Charles Baudelaire
(Les Fleurs du mal)

 

Wood dream

Samedi 19 juillet 2008

inthewoodbyjonnyqwerty.jpg

 

Méditation III

Dimanche 13 juillet 2008

augenblicke4a.bmp

« Qu’une femme fût trace de l’être, rien qu’avec son corps. Que ce corps m’existât, je ne sais pas comment le dire autrement, dans l’appel et la réponse, dans l’entre-deux où nos immatériels matériels s’étaient rencontrés et où ils ne cessaient de se croiser à nouveau, de se frôler, de s’emmêler. Qu’une parole fût chair, même silencieuse. »

L’hymne à la lune

Vendredi 4 juillet 2008

L'hymne à la lune dans Confidences 0807040928233931998

Bel astre ombragé depuis la nuit des temps,
Tu es une princesse étoilée dans ses brumes mystérieuses
Ce fin voile nuageux dévoilant impudemment ce corps céleste,
Froide vierge du Royaume de la nuit, tu aimes indécemment.

Amazone nocturne, tu te défies de tes chevauchés cycliques.
La rose noire est éphémère; sous ce ciel de glace.
Tu es la déesse du « soleil noir », l’autre matrice de la vie.

Bien que ta beauté soit enivrante, l’amour de la nuit te porte en son sein
Démoniaque ou amoureuse, lunatique ou chimérique

——–

Sous la lune des baisers
Deux amants s’embrassent en une ronde et pleine fusion
Auréolés, enlacés avec effusion

Sous la lune pleine
Langoureuse, j’attends …
Mon amour ne se jure pas par la lune cependant, trop changeante et ambivalente
« Misérable est l’amour qui se laisserait mesurer »

Mon Amour est entier, le Tout qui est mon moteur, lui qui est ma vie
Je ne suis entière qu’avec lui…

copyright asphodele.unblog.fr