Archive pour mai 2008

The End

Samedi 24 mai 2008

-FIN-

Arrêt de mon blog, arrêt de ma vie, en retrait de tout…
Merci à tous ceux qui se sont baladés dans mes écrits (copyright), dans mon univers…
Maintenant silhouette fugitive, évanescente d’un monde irréel
La fumée qu’exhalent nos soupirs Je me retire laissant
mon sillage parfumé et passionné…

 

Je dis adieu au monde du net
Adieu à tous

 

« Il faut savoir prendre son temps, ralentir, suivre ses instincts et gouter à la sensualité au quotidien. C’est l’essence même de la vérité. » (Clavin Klein)

[morceau du moment : Virginia Moon des Foo Fighters]
« Dearest constellation, heaven surroundin’ you
Stay there, soft and blue. Virginia Moon, I’ll wait for you tonight

Sweetest invitation, breaking the day in two
Feelin’ like I do, Virginia Moon, I’ll wait for you tonight
And now our shades become shadows in your light

In the morning wind we’re through and tomorrow rescues you,
I will say goodnight
Secret fascination, whisper a quiet tune

Hear me callin’ you, Virginia Moon, I’ll wait for you tonight
And now our shades become shadows in your light

In the morning wind we’re through and tomorrow rescues you,
I will say goodnight
Virginia Moon, I’ll wait for you tonight
And now our shades become shadows in your light

In the morning wind we’re through and tomorrow rescues you,
I will say goodnight
I will say goodnight

I will say goodnight »

 

Est-ce qu’un jour on me pardonnera mes fautes et mes erreurs ?

Mardi 20 mai 2008

En m’observant, je vois mes qualités autant que mes défauts, je ne vois pas une personne parfaite. Certes, j’ai mes qualités, sensibles, touchantes et rares, j’en ai conscience, mais également en moi, j’ai mes défauts -dualité existentielle-. Certains deviennent des qualités dans leur originalité et d’autre me font amplement souffrir car j’ai commis des erreurs dans ma vie, des fautes non-voulues, mais qui sont cependant là, dans mon passé et encore dans mon présent…

« Mes propres peines pèsent sur un coeur déjà lourd » (« Roméo » – Shakespeare)

Ce que j’ai pu commettre ou subir, mes peines, mes afflictions m’ont fait souffrir et ont déjà fait souffrir les gens que j’aime, ceux qui comptent le plus dans ma vie, surtout lui, il a déjà souffert par ma faute, moi par la sienne.
Est-ce qu’il faut garder une rancoeur envers des erreurs souffrantes, envers un passé difficile, envers une période traumatisante passé ? La rancoeur étouffe, est-ce que je mérite le pardon ? Je ne sais pas, on est pas prêt de me pardonner, et en y réfléchissant c’est ce qui me fait le plus souffrir. J’ai toujours eu du mal à me pardonner, au contraire même, je me suis déjà haie profondément pour ce que j’ai pu faire dans ma vie passé allant jusqu’à l’autodestruction…
Le pardon n’existe peut être pas pour moi. Chacun fait des erreurs mais chacun en paie le prix…
A chaque fois que je le regarde j’ai mal au coeur… Et ce mal être n’est pas prêt de partir. J’ai détruis celui et les personnes que j’aime, alors pourquoi ne devrais-je pas me détruire moi-même? Me détruire comme j’ai déjà pu le faire…
La mort peut être envisagée comme un pardon… Je ne mérite aucun pardon de sa part, lui que j’aime ni des autres, j’aimerai me pardonner moi-même, sans cela, je ne peux m’accepter en entier…
Je ne suis qu’une destructrice qui répand la désolation autour d’elle. On me fuie, peut être est-ce le mieux…

J’implose en moi-même, moi qui m’étais attachée il y a quelques années à ne pas vouloir vivre parce que je ne le méritais pas, à vouloir cacher ma voix qui me pesait… Cette voix depuis s’est ouverte, petit à petit certes, mais j’implose encore en moi-même, angoissée.
J’explose.
J’aimerai me sentir vivre que ce soit par la caresse du souffle du vent ou celui de mon aimé, par l’extase que me procure la moindre manifestation de la nature, un rien peut me mettre dans un état extatique, par la sensibilité que j’éprouve envers tout ce qui m’entoure, me sentir trembler de passion ou de larmes, par mes tripes, sentir en moi l’amour… J’aime aimer, je ne vis que pour cela…

L’amour ou la mort…

 

Romeo’s distress – Christian Death

Lundi 19 mai 2008

 

 

Burning crosses
on a nigger’s lawn
burning dollars
what’s a house without a home?
dance in your white sheet glory
dance in your passion
talk about sugar on the six fingered beast
conversation about the holes in your hands
walk through the garden of men’s desires

conversation about the kingdom of fire …

What’s that moving in the basement?
What’s that moving in the attic
Who’s that walking in the shadow
Who’s that walking in the streets

Kiss on my hand
After dark
Hand for a kiss
After dark
Kiss on my hand

Romance in sequence
Harmful to the blind
Burning hearts
through the top of your skull
Dance in your white sheet glory
Dance in your passion
your days are numbered
with creations in your pocket
Your days are numbered with the love in your eyes
love in your eyes
Love?
What’s that moving in the basement?
What’s that moving in the attic
Who’s that walking in the shadow
Who’s that walking in the streets

Kiss on my hand
After dark
Hand for a kiss
After dark
Kiss on my hand…

Pull down the Sheets
Take off your clothes
Get out of bed
I’m so tired
Pull down the Sheets
Take off your clothes
Get out of bed
I’m so tired
I’m so tired…

Indécences fétichistes…

Samedi 17 mai 2008

bobcarlosclarkeexhibition.jpg

 

blackhourglassprintbyaziraphale1334.jpg

 

ditapardaniellemerick.jpg

 

bobcarlosclarkesarahkneelingii.jpg

lacedbyadamchilson.jpg

L’horizon

Mardi 13 mai 2008

Tout doucement, l’horizon naissant subit des reflets changeants, se métamorphose en teintes rosées. Le rideau de la nuit se lève pour dévoiler ses acteurs. Les couleurs jouent entre elles, envahissent l’espace dans une danse sensuelle. Le ciel rougit mais dans une fausse pudeur à peine cachée.
Le chant accompagne la progression des couleurs matinales. Cette danse unique, à mi-chemin entre le jour et la nuit, est le résultat de la fusion de deux univers, harmonie opposée.
Ce matin, je tombe d’admiration devant cet horizon timide et persistant qu’il me renvoie à l’espérance. Les étranges obscurités de la nuit s’évaporent et sont remplacées par la clairevoyance d’existence, synonyme d’une détermination, celle de muer ces rêves en réalité…

————-

♥ Nous… [13]

Nathalie Cardone – Hasta siempre (Che Guevarra)

Lundi 12 mai 2008

Arrêt cardiaque

Samedi 10 mai 2008

Rejet -bip- (no) aimée -bip- souffrance contenue -bip- seule -bip- in nightmare -bip- angoisse -bip- effondrement -bip- sans vie -bip- déterminée -bip- ailes coupés -bip- ensanglantée -bip- consummée -bip- sans souffle -bip- lovesick -bip- where is the sun -bip- behind the dark clouds -bip- is there expectation… -bip- trou noir -bip- no mind -bip- abandonnée -bip- banni -biiiiip- nothing………………

Sans titre…

Lundi 5 mai 2008

10774.jpg

 

Quelque fois, l’angoisse est telle qu’elle vous cloue par terre, un noeud au ventre, une boule dans la gorge, elle vous étouffe… Vous suffoquez en vain dans la recherche de qui vous êtes, qu’est ce que vous faites là, comment vous est -il arrivé de vous retrouver seul, véritablement seul au monde. Votre corps tremble de ces spasmes violents et terrible, défiant la raison, défiant la pesanteur, vous vous écrasez contre le sol, brutalement, dans un choc tant physique que mental…
Votre esprit déjà tourmenté se déchire encore plus dans ses questionnement et ses dramatisations. Vous vous perdez dans ces méandres insolubles de l’iraison, vous vous enfoncez encore plus, jusqu’à ne voir qu’un trou noir, celui de votre esprit…
Votre coeur bat vite, trop vite, que vous avez l’impression qu’il va sortir de votre poitrine, dans un chamboulement de battements, vous ne maitrisez plus rien du tout… Votre corps vous échappe tout comme votre esprit, vous subissez simplement cet état…
Vous n’êtes plus rien, vous avez l’impression d’être une pauvre loque, une pauvre merde écrasée par terre.
Vos larmes coulent, fleuve sillonnant ces joues blafardes, mais ne changent rien, elles coulent dans une sorte d’extériorisation de votre douleur, subite elle aussi, extrême souffrance suffoquante…
Vous vous retrouvez seul devant vous-même, mais c’est un soi même négatif et dramatisé.
Vous êtes seul et ne vous rendez pas compte qu’il y a des personnes confiantes autour de vous…

Des mots à penser…

Vendredi 2 mai 2008

Candice unleashes hers demons

« Chacun de nous sent un jour le besoin d’exorciser ses démons, ceux qu’il connait et surtout ceux qu’il ignore et qui le poussent vers des ravins qu’il ne voit pas. »

Tahar Ben Jelloun

 

A kiss in the dreamhouse

Jeudi 1 mai 2008

the perfect kiss

 

 

Un baiser

Un baiser délicat
sur tes lèvres de velours
La caresse de ta bouche grenat
qui enivre la mienne, ma mort annoncée par ton amour…

Tour à tour s’impose
De folles sensations au lent tourbillon
Le frissonnement de ton corps ose
faire trembler le mien dans une légère extase

Peau contre peau
le parfum fruité de ta bouche
s’insinue en moi, envahis de ton âme

Lèvres contre lèvres
Langues au gout de miel
qui explorent l’horizon de caresses

Moments intimes
Dans la recherche de notre jardin secret
Ce lieu où nous pourront nous installer
et pour le reste de nos vie nous aimer…

 

É.

 

 

12