Archive pour avril 2008

Méditation

Mardi 29 avril 2008

Mon corps est glacé, cristallisé tel une enveloppe fragile qui s’immobilise peu à peu. Et pourtant le soleil s’insinue dans tous ces pores mais sa chaleur ne parviens pas jusqu’à moi. Se promenant sur une route infinie, le vent se brise contre ma peau, tantôt la caressant tantôt la fouettant…

Se croisent sur les routes les âmes, se tissent ces « fils » entre elles & qui se font et se défont. Nous vivons de rencontres au fil de ce temps qui continue son avancée impassible. Le temps peut bien être la seule chose qui nous manque, c’est la marche inexorable du temps indépendant aux cycles qui se perpétuent et pourtant qui régis tout ces « fils ». La fuite du temps peut nous sembler frustrante car suivent avec lui les changements. Le temps ne nous appartiens pas et pourtant nous nous l’approprions alors qu’il « file » entre nos doigts au lieu de « passer » entre nos doigts.

Le passé et le futur se rejoignent dans le présent, n’existent que dans le présent. Les attentes et les espoirs sont notre rapport au futur tandis que remords, regrets et souvenirs nous rattachent au passé. Entre naissance & mort, entre déclin & renaissance, nous existons avec le temps. Nous naissons, nous mourrons dans un cycle perpétuel et imperturbable. L’âme vit par ces cycles dans un cheminement croisé de « fils », comme sur une route aux contours incertains. Elle rencontre, elle s’attache et se détache dans un recommencement continuel…

Je ne peux pas lutter contre le temps, j’essaye de marcher avec malgré tout mes faux-pas et chutes. Même si nous nous disons que nous manquons de temps, nous restons trop fixés dessus pour pouvoir s’en détacher. Nous restons trop empreints dans nos regrets et souvenirs alors qu’ils devraient nous permettre de constituer une base sur le présent, pour être continue dans le futur avec nos espoirs.

Je ne maitrise pas le temps indiscutable. Je ne suis pas invincible. Je ne maitrise pas tous ces « fils » autour de moi, mais ce dont je suis sur c’est que même si le temps joue sur nos destinés, la mienne est reliée à la tienne. Même si j’aimerai passer toute mon existence & mon temps avec toi. Même s’il y a ces empêchements et difficultés qui me retiennent loin de toi. Même si j’aurai voulu pouvoir arrêter ce temps. Ce que je sais intimement au fond de moi c’est que sur cette route du temps, mon âme n’est pas seule, la tienne est présente. Le temps ne s’arrête jamais, inflexible comme il est, cependant mon amour pour toi vis continuellement & continuera à avancer au fil des ans, au fil des cycles… Mon amour est la seule chose sur lequel le temps n’a pas d’emprise, il ne peut le ternir.
Je ne peux concevoir ma vie sans la tienne, ce serait me réduire à moitié moins de moi…
Je t’aime Chris

Only you

Jeudi 24 avril 2008

 

 

 

We suffer everyday,
What is it for,
These crimes of illusion
Are fooling us all,
And now I am weary,
And I feel like I do.

It’s only you,
Who can tell me apart,
And it’s only you,
Who can turn my wooden heart.

The size of our fight,
It’s just a dream,
We’ve crushed everything,
I can see, in this morning selfishly,
How we’ve failed,
And I feel like I do.

It’s only you,
Who can tell me apart,
And it’s only you,
Who can turn my wooden heart.

Now that we’ve chosen to take all we can,
This shade of autumn, a stale bitter end,
Years of frustration lay down side by side.

And It’s only you,
Who can tell me apart,
And it’s only you,
Who can turn my wooden heart.

It’s only you,
Who can tell me apart,
And it’s only you,
Who can turn my wooden heart.

[Portishead lyrics]

 

Toi

Mercredi 23 avril 2008

J’aime être avec toi
J’aime être dans tes bras
J’aime sentir ton odeur qui exalte mes sens à l’extrême
J’aime
dormir avec toi, sentir ton corps abandonné au sommeil à côté du mien
J’aime te toucher, te caresser
J’aime gouter ta peau
J’aime t’embrasser
J’aime te mordre
J’aime
me réveiller à côté de toi
J’aime te sentir tout contre moi
J’aime te regarder
J’aime tes yeux, ton sourire
J’aime te voir heureux
J’aime parler des heures avec toi de tout et de rien
J’aime sentir tous les frémissements de ton corps
J’aime
délirer avec toi
J’aime ta sensibilité
J’aime ta sensualité
J’aime tes caresses
J’aime tes baisers
J’aime
sentir ton souffle sur ma peau
J’aime nos étreintes
J’aime vivre avec toi…

Toi & Moi

La personne qui est entrée dans ma vie en créant un chamboulement sans précédent, c’est toi. Mon être frissonne d’amour. Tu bouleverses ce qu’il y a de plus profond en moi, un raz-de-marée d’émotions libérées, tu es la personne dont j’ai le plus besoin, dans ma vie & dans mon âme. Tu me fais sentir « être », tu me fais sentir aimée et aimante, tu me fais vivre…
Le moindre battement de ton coeur fait vibrer le mien, organe qui souffre de ton absence & qui vit avec le tien…

Juste pour offrir…

Dimanche 6 avril 2008

 

 

Blood Rose

 

L’amour, c’est l’absolu, l’infini; la vie, c’est le relatif et le limité. De là tous les secrets et profonds déchirements de l’homme quand l’amour s’introduit dans la vie. Elle n’est pas assez grande pour le contenir.

[Victor Hugo]

 

I love You…

Dimanche 6 avril 2008

Image de prévisualisation YouTube

Terres d’ombres

Dimanche 6 avril 2008

Dans ces vastes plaines, terres d’ombres, j’erre en pensées brumeuses et perdues à jamais dans l’abandon. Les paysages défilent, monotones, aussi tristes que fades. C’est une vision solitaire de mon vide intérieur. J’ai été abandonné, me voilà perdue dans la calme folie de mon âme déchirée. Le vent est glaciale fouettant ma peau qui hurle de douleur sous tous ces pores martyrisés. La terre sèche est battue par ce souffle impitoyable et lent. Les décombres mystérieuses d’on ne sait plus quel passé ancien, le notre, gisent perdues dans ce paysage désert, sans vie, aussi glaciale qu’une lente agonie. C’est le chant d’une âme qui s’élève pour transmettre sa souffrance, voix du coeur brisé à demi vivant pour encore aimer. Ce coeur saigne, salissant les milliers d’éclats de verre qui le constituaient. Ce liquide de vie s’écoule silencieusement à mesure que la mort vient et s’insinue dans ce être démembré…

 

Frozen landscape