Blue

Je rentre chez moi, la nuit est déjà bien avancée sous ce ciel étoilé, paysage lunaire dont le miroir est mes yeux, larmes d’étoiles qui s’écoulent… Que sont ces larmes, fleuve tranquille qui traverse mon visage, sinon celles de la solitude…
En moi, c’est un flot d’émotions. Je me retrouve seule dans le noir, obscure souffrance qui me pèse sur le coeur. Je me retrouve seul dans le froid, à trembler de tout mon être, ce sont les spasmes de la douleur. Je suffoque tellement j’ai mal, je m’étouffe dans ces sanglots qui me jettent à terre comme une vulgaire poupée. J’ai beau hurler à en crever, mes sens divaguent…

Je me dis pourquoi ? Comment en suis-je arriver là ? nous ?

Je me perd dans dans la folie des délires paranoiques et angoissants. Ma peau est glacée de ces atroces lames qui ne cesse de poignarder mon coeur… Cendres froides éparpillés, je suis consumée… par ton amour…
Cependant, je ne te vois plus, où es tu ? Où sont ces bras qui me rassurent ? Où est ce regard aimé qui me rend plus forte ? Quand je me lève et que je sens à côté de moi une place vide, c’est la moitié de mon coeur perdue…

Tu n’es plus là…

Mes larmes, ma déchéance, mes cris me renvoient à ce vide intérieur. Je hurle à l’agonie, je suis déchirée en deux. Mon âme est déchirée comme le fin voile qui s’effile sous la tempête, celle du tourment de mon être sans toi…
La mélodie erre dans la nuit, mon souffle s’arrête, je succombe, je tombe…
Ces affreuses ténèbres me guettent autour de moi dans ce silence d’outre tombe.

Je suis perdue…

 

_______________________

ancien écrits de moi…

 » La nuit a mangé le jour, il est tard…
J’ai mal à la tête, j’ai mal au coeur, j’ai envie de vomir, envie de recracher ce coeur écorchée par ton amour.
Je t’ai perdu, tu m’as perdu…
Mon amour enflammé m’a consumé jusqu’à ne plus être qu’un pauvre petit corps inconscient. Et cette musique qui joue avec mon être, avec un malin plaisir de me faire souffrir. Ces larmes de violons ont creusé des sillons sur mes joues. Des milliards de petites gouttes ont embué mes yeux, s’accrochant à mes cils, sans espoir. Ces sanglots m’étouffent, et si je ne peux plus respirer, c’est parce que tu as emmené un morceau de mon petit coeur avec toi…
J’ai crié, hurlé, vomis, pleurer à l’agonie, corps écorché, démembré jusqu’à la folie.
La fièvre m’envahis. J’entre dans un délire maladif, tourbillon de souffrance qui me poignarde de tous côtés.
Le lamento d’un amour perdu a commencé à résonner, s’engouffrant dans mon esprit délirant, comme une bouffée de chaleur un soir d’été. Le désert assommant, un vide constant, est vite remplacé par ces glaciales neiges venues des nuages bleutés. Un souffle brulant suivi de larmes qui noient ce visage, masque de tristesse. Une blessure du présent qui deviendra une cicatrice du passé qu’on oublie jamais. L’amour est à double tranchant, on s’y perd comme on s’y noie, à la vie à la mort…
Ton étreinte me manque, comme la chaleur de tes baisers sur ma peau, devenus froids, ces baisers de cendres…
Je n’ai plus de souffle, l’air se fait rare ou est-ce moi qui étouffe ?
Les échos de mes cris me renvoient à ce vide intérieur.
Ces lueurs de vie en moi éteintes…
J’aimerai tant me retrouver près de toi une dernière fois, c’est pourtant impossible…
La nuit a mangé le jour, j’ai été mangé par ton amour… « 

_______________________

 

Est-ce que je retrouverai un jour ce souffle… mon souffle d’âme, de vie. Notre souffle…
Ma solitude et ma souffrance sont si pesantes pour mon être que je ne sais plus respirer

« Ouvre ton âme pour ma lumière, notre lumière »

 

3 Réponses à “Blue”

  1. Marquise ! dit :

    Un cri du coeur, de l’ame, des tripes ….
    Très bien décrite cette douleur du manque
    Ca sent le vécu

    http://marquisedelombre.unblog.fr/2007/10/05/lespoir-tel-que-je-laccepte/

    Tout finira par s’arranger, ça prendra le temps que ça prendra, mais apres la pluie, y a toujours du soleil accompagné d’un bel arc en ciel !

    Bises !

  2. oxygane dit :

    et voila je ne pouvais pas venir et ne jamais te laisser de messages. donc voila juste quelques mots pour te dire que tu écris vraiment bien et que tu nous fait vraiment ressentir les choses je ne sais pas comment tu fais. tu trouves les mots justes. en tout cas ton blog est une très belle chose j’aime lire tes écrits ils sont vrais et saisissants. continu savoirs écrire est une qualité et elle aide beaucoup surtout ne t’arrête pas…….

    tout plein de gros bisous. et continu d’écrire!

  3. Lili dit :

    Je me retrouve tellement dans tes mots…tes maux…
    J’aurai aussi pu écrire ce texte une sombre nuit…

Laisser un commentaire